Summer Season #4 : Web Therapy

Pour ceux qui vivraient sur une autre planète, Web Therapy est la série qui marque le grand retour de Lisa Kudrow dans un rôle principal à télévision depuis l’arrêt de Friends en 2004. D’abord diffusé sous forme de web-série, elle est finalement diffusée depuis juillet 2011 sur Showtime. Alors Web Therapy c’est quoi ? C’est un tout nouveau concept qu’a inventé Fiona Wallace (Lisa Kudrow) : psychothérapeute remerciée par sa compagnie, elle décide de lancer sa propre affaire en montant un projet de thérapie en 3 minutes via vidéo conférence. De cette façon elle s’épargne les contacts inutiles avec des dépressifs trop collants et surtout n’a pas à écouter pendant 50 minutes ses patients tenter d’analyser leurs rêves sans avancées réelles. Car qu’on se le dise Fiona Wallace n’a rien d’une personne chaleureuse, ou gentille, son but n’est pas vraiment d’aider les gens mais de faire marcher son affaire. Et cela ne va pas en s’arrangeant : c’est une WASP qui ne hausse jamais vraiment le ton, mais qui pratique l’art de la dispute calme et souriante agrémentée de petites doses de reproches et de remarques assassines. Son pauvre mari, Kip, interprété par notre merveilleux Victor Gabler (Alias) fait d’ailleurs les frais de son attitude égoïste et égocentrique. Ils forment un couple froid et distant dont les conversations ne dépassent jamais les 5 minutes, et se passent même parfois via vidéoconférence.
À tout cela s’ajoute une myriade de personnages secondaires tous plus excentriques les uns que les autres, entre le patient qui fait tout pour prouver que sa petite amie est sa sœur par peur de s’engager, et la mère de Fiona qui sans le moindre scrupule lui dit que ses meilleures années de sa vie sont aux ordures car elle les a consacré à ses enfants, Web Therapy semble tout avoir pour nous séduire.

Et pourtant, passé l’excitation/la curiosité de retrouver Lisa Kudrow, on ne peut nier que Web Therapy est médiocrement drôle. Dans la série tout se passe via vidéoconférence, en soit c’est une idée intéressante, mais sans doute mal utilisée puisque le rythme de la série est d’une platitude extrême, et pendant tout l’épisode on attend seulement que quelque chose se passe. L’absurdité des personnages et des situations n’y changent rien, la majorité des répliques censées être drôles retombent comme un soufflé raté. On retiendra surtout l’apparition de Jane Lynch en workaholics légèrement psychopathe et les conseils désastreux de Fiona Wallace qui n’en finissent pas, mais qui deviennent bien trop prévisibles. Au final ça essaie tellement d’être drôle, que ça ne l’est (presque) pas, même les miss météo du grand journal ont su nous faire rire plus que ça et les seules fois où l’on rit de bon cœur sont au moment du « bêtisier » à la fin de l’épisode. Mais encore ça c’est parce qu’on ne peut pas s’empêcher de bien aimer Lisa Kudrow.

En attendant de vous faire votre propre idée, voici le (très bon) trailer :

Free WordPress Themes, Free Android Games