Lundi, 1 septembre, 2014
Accueil » Interview » Meg Myers en interview

Meg Myers en interview

meg-myers

Nous vous la présentions il y a quelques mois, la chanteuse américaine Meg Myers a accepté de répondre avec beaucoup d’humour et de décontraction aux questions de Blooming Machine.

Bonjour Meg et merci de répondre à nos quelques questions. Pour commencer, j’ai remarqué qu’il y avait peu d’informations sur toi qui traînaient sur le net, quelques unes sur ton site internet mais rien autre part. Est-ce que ce mystère est une sorte de marque de fabrique ?
Hmm…J’imagine que c’est une sorte de façon de rester confidentielle. Si je devais complètement m’exposer et bien, bon sang, je ne serais plus moi-même.

Ton premier EP est disponible gratuitement sur ton site mais que signifie « Daughter In The Choir » exactement ?
Il s’agit d’une phrase extraite de ma chanson « Curbstomp ». Sa signification est vraiment difficile à expliquer. Cela représente un peu le sentiment que j’ai ressenti en l’écrivant.

Comment s’est passée ta collaboration avec Dr Rosen Rosen ton producteur ? Comment l’as-tu rencontré tout d’abord ?
Nous nous sommes rencontrés il y a un an et demi. Son manager de l’époque m’avait découverte sur Mysapce. J’ai réalisé quelques enregistrements acoustiques bruts et puis nous nous sommes rencontrés et le declic s’est fait immédiatement.

Quelles sont tes différentes influences ? Y’a-t-il des artistes avec qui tu aimerais travailler ?
J’adore Sting, Dire Straits, Fleetwood Mac, Jewel, Pinback, Perfume Genius, Sun Kil Moon, Ataxia, Ludovico Einaudi, Arcade Fire, Zoe Keating pour ne citer qu’eux mais je pourrais continuer à en nommer pendant des heures, j’aime tellement d’artistes et de genres de musique différents. Pour ce qui est d’un artiste avec qui j’aimerais bosser, et bien je répondrais que je travaille déjà avec lui.

« Je suis une personne pleine de passion »

L’amour et la souffrance ont l’air d’être les thèmes principaux de tes chansons. Quand tu chantes : « What have i become ? I’m a fucking monster » ou « Gotta kill you my love », je ne peux pas m’empêcher d’être inquiète alors dis m’en plus sur ta vie amoureuse.
Et bien, de ce que je peux en dire de ma propre expérience, quand on est amoureux de la bonne façon c’est génial mais quand être amoureux devient difficile, j’ai juste une putain d’envie de me mutiler. Non je plaisante, j’ai juste une putain d’envie de les mutiler. Non, je déconne. Je ne sais pas merci de t’en inquiéter. Je suis une personne pleine de passion et la seule manière pour moi de rester en quelque sorte saine d’esprit c’est de m’exprimer à travers mon art et il m’arrive parfois d’être très sombre mais hey n’oublie pas que je m’exprime avec des métaphores.

Que peut-on attendre d’un futur album ?
Il n’y pas encore d’album en préparation, je vais juste sortir d’autres singles.

Tu t’es déjà produite dans plusieurs émissions dont le Last Call with Carson Daly mais quel est le meilleur souvenir de ta carrière pour le moment ?
Très franchement, la seule chose qui m’importe est ma performance peu importe où, peu importe quand. Je ne pourrais pas te citer d’événement particulier. J’ai simplement adoré jouer ma musique.

A l’écoute de ton album, ce que je me suis dit c’était que tu faisais de la musique très différente de la pop mainstream qu’on entend aujourd’hui. Tu peux m’expliquer ce qui te distingue des autres dans l’industrie musicale.
Merci, c’est une question très compliquée à répondre. J’écris et je joue parce que j’en ai besoin. J’adore ça et je ne le fais pour personne d’autre que moi. Je ne pense pas que les autres artistes le ressente comme cela, spécialement quand on parle de la pop mainstream.

Dernière question, c’est évident que tu es vraiment à fond dans les réseaux sociaux comme Twitter et Facebook mais encore plus sur Tumblr et Instagram qui te permettent de communiquer avec tes fans de manière assez artistique. Est-ce que tu te sens inspirée par ce genre d’outils ou est-ce l’inverse ?
Oui on peut dire que je le suis, Instagram est celui que je préfère. C’est le moyen le plus simple et le plus créatif de rester connecter avec mes fans jusqu’ici et je peux encore conserver ma vie privée.

Remerciements: et Elizabeth Lame.

A propos de Ravavamouna

Née un beau jour de printemps 1990, peu avant le début de la guerre du Koweit, cette jeune Bélier est une amoureuse de la musique, de la flûte et du rire. Signe particulier: l'autonomie de ses téléphones est une source de stress permanent. Le fromage lui donne des boutons. Première herbophobe connue des services de police. Source: Wikipédia