Bilan de la saison 5 de True Blood

La dernière saison de la série vampirique s’est achevée dimanche dernier. Blooming Machine se dévoue pour dresser un bilan des surprises, des déceptions ou des moments cultes de la saison 5 de True Blood.

true_blood

Bilan général

Exit, les sorcières et les nécromanciennes, cette saison recadre son intrigue sur les vampires exclusivement. D’ailleurs, le premier épisode s’ouvre sur un véritable coup de tonnerre (expression de télé-réalité bonjour), c’est bien sûr la transformation de Tara en vampire et le meurtre de Nan Flanagan qui commençait sérieusement à casser les couilles (ou les ovaires pour mesdames) par Bill et Eric. Les deux complices se font ensuite capturer par la Haute Autorité des vampires qui prônent l’intégration parmi les humains. Les deux nouveaux potes  n’ont qu’une solution pour ne pas être condamnés à la vraie mort: retrouver et buter Russell Edgington une bonne fois pour toutes. S’ensuit une série de trahisons, arrestations, massacres qui révèlent que Nora la soeur d’Eric et la chancelière Salome ont, en fait déterrés Russell pour qu’il tue le Gardien parce qu’en fait ce sont des Sanguinistes qui se réfèrent à la bible des Vampires adorant Lilith. C’est carrément le gros bordel! Du côté de Bon Temps c’est aussi n’importe quoi avec Sookie qui devient de plus en plus proche des fées, Jason qui fuit Jessica, Tara qui tombe amoureuse de Pam, Sam et Luna qui se font attaquer par des humains déguisés en Barack Obama et qui doivent retrouver la petite Emma qui s’est fait enlever par Russell Edgington et SteveNewlin….Bon, vous aurez compris le gros problème de la saison 5: il y a beaucoup trop d’intrigues pour seulement 12 épisodes. Alors de deux choses l’une: soit Alan Ball s’est carrément emmêlés les pinceaux avec les livres dont est extraite cette série, soit la romancière Charlaine Harris elle-même était tranquillement en train de fumer la moquette au moment où elle a écrit cette partie (je ne sais pas, je ne les ai pas lu). Pour la plupart des fans de la première heure, la série est, de toute manière, partie en couilles depuis la fin de la saison 2 où tout a commencé a être trop gros. Quand dans la première saison, on avait un sérial-killer tout à fait humain et plus une perspective du fantastique fondue dans le normal, là on est complètement sortis des limites et l’univers surnaturel n’a pas seulement débordé, il a complètement fait sauter les bornes en place. Il ne reste guère plus que Jason, parmi les personnages principaux, pour se rappeler qu’on n’est encore sur Terre. C’est un petit peu dommage!

Bilan par personnage

Sookie Stackhouse: si dans les premières saisons, Sookie était la petite princesse dont tout le monde se préoccupait, la petite fée de Bon Temps n’a plus que son frère Jason pour la supporter. Bill et Eric ont pris sa décision pour argent comptant et ne la calcule plus, Tara lui en veut pour l’avoir changé en vampire, Alcide a d’autres loups à fouetter et Sam est aussi occupé avec sa meuf. La vraie question de True Blood est comment Sookie arrive à payer son loyer alors qu’elle passe plus de temps dans son lit avec un nouveau mec entre les cuisses chaque jour qu’au Merlotte où elle est censée travailler comme serveuse. Vive les RTT chez Sam! Remarque quand on découvre au milieu de la saison que les fées, ses semblables, sont regroupées dans un bar de strip-tease on comprend mieux ses tendances libertines. Bref, la saison 6 réserve quelques mauvaises surprises à la soi-disant serveuse puisque le vampire Warlow va venir foutre le bordel dans sa vie déjà bien compliquée.

Bill Compton: s’il existe bien un personnage principal d’une série sans charisme, sans histoire intéressante et sans piquant c’est bien Bill le vampire. Le mec qui a passé quatre saisons et demi à prôner la gentillesse, la tolérance et l’amour s’est fait retourner le cerveau en moins de dix secondes par une meuf à poil couverte de sang. On a cru jusqu’au bout qu’il jouait la comédie mais non, Bill est définitivement un con qui, en plus, est très mauvais dans son rôle de méchant.

Eric Northman: alléluia Eric est redevenu lui-même! Après un rôle désastreux d’amoureux transi amnésique dans la saison précédente, on retrouve le vrai vampire cruel, sanguinaire avec sa voix traînante et ses sourires sadiques. Bon, il lui reste quelques relents de gentillesse mais rien de bien méchant si on se rappelle, avec des sueurs froides, de ses yeux de biche l’an dernier.

Tara Tornthon: la grosse déception de cette saison. L’erreur à ne pas commettre à été réalisée en toute impunité. Mais là il faut à nouveau se tourner vers Charlaine Harris pour lui demander de nous expliquer pourquoi l’une des deux personnes (Jason est la seconde) qu’il ne fallait absolument pas vampiriser à fini par avoir les crocs. Quelle erreur! Sans parler de sa relation avec Pam qui n’annonce rien de très palpitant pour la saison prochaine.

Lafayette Reynolds: là c’est carrément dommage d’avoir raté toute l’évolution du personnage de Lafayette qui jusqu’ici était parfaitement logique. Le pauvre fini en travesti à éventail saupoudrant chaque réplique du Merlotte par une punchline contenant le mot « Bitch » les yeux mi-clos. Triste!

Jessica Hamby: pardon d’être aussi critique avec les personnages mais là encore, je veux bien que Jessica évolue mais pourquoi en faire une telle dévergondée ? La saison prochaine, retrouvez Jessica dans un hôtel de passe.

Alcide Herveaux, Terry Bellefleur: que font-ils ici? A quoi a servi leurs intrigues? Pourtant celle de Terry aurait pu être une bonne idée mais quand tout fini on ne peut que se dire mais WTF? Alors que celle d’Alcide, nous l’aurons tous compris, n’était qu’un prétexte pour montrer ses fesses (ça doit être écrit quelque part sur son contrat).

 

Jason Stackhouse: retombe dans une intrigue qu’il a déjà connu au début de la saison 2 à savoir la chasse aux vampires. Alors si Lafayette a eu une évolution logique celle de Jason ressemble plus à des ondes sinusoïdales. Finalement, on ne saura peut-être jamais qui est Jason s’il n’arrête pas de changer d’avis sur les vampires.

Pam: merci à elle d’exister

Conclusion:

La saison 5 de True Blood a très bien commencé avec le tandem Bill-Eric pour partir, après deux épisodes, dans un vrai bordel dans lequel on ne savait plus du tout où donner de la tête. Les seuls éléments encourageants restent le départ de Hoyt qui a eu le bon sens de demander à Jessica de l’hypnotiser pour fuir la folie de Bon Temps et oublier la vampire et son ex-meilleur pote Jason. Puis, il y a les quadruplés d’Andy Bellefleur qui va devoir se démerder après que la fée Maurella a littéralement pris son pied en accouchant sur la table de billard du Merlotte. Une bonne scène scène culte bien drôle! Enfin, la présence de Christopher Meloni, plus connu sous le nom de l’inspecteur Eliott Stabler, qui jouait le rôle du Gardien de l’Autorité. Bref, la saison 6 ne promet pas grand chose mais sait-on jamais peut-être bien que la série va retrouver ce qui avait fait d’elle la bonne surprise du genre fantastique quatre ans auparavant?

 

Free WordPress Themes, Free Android Games