Review : Ellie Goulding – Halcyon

On ne l’attendait plus (façon de parler) ! La chanteuse anglaise Ellie Goulding signe son grand retour avec Halcyon, son second album studio. Blooming Machine fait le point sur cet opus très attendu.

Le successeur du très bon Lights est enfin dans les bacs depuis le début de la semaine et ce n’est pas pour nous déplaire. Voilà plus d’un an que l‘on vous parlait pour la première fois d’Ellie Goulding et après le joli succès du titre qui a donné son nom à son premier opus Outre-Manche et aux Etats-Unis, l’artiste britannique semble fin prête à s’attaquer au reste du monde. Si le nom d’Ellie Goulding ne dira pas forcément quelque chose à un Français, il n’en demeure pas moins que la jeune femme est en pleine explosion. Explosions c’est d’ailleurs le titre d’un des meilleurs morceaux figurant sur l’album Halcyon (quelle petite maline).

Déjà que signifie Halcyon ?

Un bon ami définit l’halcyon comme un oiseau plus communément appelé le martin-chasseur. Est-ce que cela signifie pour autant qu’Ellie Goulding a décidé de prendre son envol ? Pas vraiment au final, son univers reste electro-pop, bien moins on peut l’accorder mais il n’y a pas de virage à 180°. En même temps, on l’avait vu venir avec les deux premiers extraits dévoilés il y a quelques semaines Hanging On pour le côté electro et Anything Could Happen pour marquer les sonorités pop. Disons que finalement, on retrouve l’inimitable timbre de voix qui a su marquer son premier opus mais il faut bien reconnaître que la petite amie de Skrillex a plus tenté pour celui-ci. Il suffit d’écouter le titre Atlantis pour s’apercevoir qu’Ellie a décidé de s’essayer un peu plus aux aiguës et c’est une belle réussite pour le coup. Et puis, il y a JOY sur lequel sa voix est méconnaissable à prime abord mais à laquelle on finit par s’accommoder au fil des écoutes.

Cet album comporte son lot de bonnes surprises et puis il y a son moins bon. Commençons par les titres-phare: sans hésiter, celui à côté duquel on ne peut pas passer réside en My Blood qui en plus de paroles intelligemment écrites, montre les plus belles qualités vocales d’Ellie qui n’a pas besoin de forcer finalement, comme elle avait pu le faire sur pas mal de morceaux de Lights. Il y a aussi l’incontournable Atlantis, le très bon Explosions et le retentissant Figure 8 pour compléter la liste. En revanche, on a un peu plus de mal avec I Know You Care, un tantinet trop doux et I Need Your Love qui vient apporter toute sa légitimité à l’overdose de Calvin Harris. 

Si le premier album d’Ellie Goulding s’appelait Lights celui-ci aurait tout aussi bien pu s’appeler Dark tant l’univers de la chanteuse semble s’être assombri. On ne va pas aller jusqu’à le qualifier de noir mais le dynamisme du premier manque terriblement au second qui s’accorde plus à un ton mélancolique tout en gardant une touche d’optimisme comme le montre le titre Joy à travers son texte. Finalement, la seule véritable déception est que cet album n’est pas assez long. Treize pistes excédant très rarement les quatre minutes donnent au final un petit opus de 46 minutes. Bon, on lui pardonne parce que l’achat de cet album en vaut vraiment la chandelle !

 

Free WordPress Themes, Free Android Games