Grimm : une saison en demi-teinte

La série policière fantastique de la chaîne NBC vient à peine de s’achever mais confirmée pour une troisième saison à la rentrée. Retour sur les bons côtés et les déceptions de cette saison 2.

davidgiuntoli-grimmjpg-552070553116db70

Grimm c’est un  peu comme une barre de chocolat : quand c’est terminé, on reste toujours sur sa faim. S’alignant en fil indienne derrière la pléiade de séries fantastiques qui ont émergé ces dernières années, avec Once Upon A Time en tête de cortège, Grimm a de très nombreux atouts qui lui confèrent un côté attachant mais aussi des défauts certains qui peuvent rebuter pas mal de monde.

 Tout ce que vous devez savoir sur Grimm

Une première partie convaincante :

Il faut d’abord reconnaître que Grimm est une série plutôt originale et assez ambitieuse. Si la première saison a posé les bases d’un univers qui à défaut d’être complexe, recelait pas mal de mystères, le second volume des enquêtes de Nick Burkhardt et ses copains a laissé place à tout un côté psychologique cristallisé autour des personnages de Juliette et Hank. Ce dernier était au coeur de l’intrigue à la fin de la saison 1 où il commence à côtoyer le surnaturel. De ce côté, le staff de scénaristes  mené par Jim Kouff et David Geeenwalt, a fait un travail plutôt intéressant en entrant dans la tête du coéquipier de Nick en évitant de lui faire accepter cette réalité trop facilement. Le pari est donc réussi !

Ces premiers épisodes sont aussi l’occasion de mêler intrigues secondaires et personnages intéressants. Je parle, ici, de la mère de Nick qui est apparu à la fin de la saison 1. Malheureusement, l’actrice Mary Elizabeth Mastrantonio ne nous gratifie de sa présence que le temps de deux épisodes avant de s’éclipser avec les fameuses pièces qui avaient secoué la première saison. Toute la question est de savoir quand elle réapparaîtra et quel rôle elle jouera dans la vie de Nick.

tumblr_ltuxfle2AE1qzbggso1_250Autre personnage haut en couleur : Adalind Shade, l’hexenbeist à qui Nick a retiré ses pouvoirs est de retour pour se venger avec l’aide d’Eric Renard, le frère du capitaine. La jeune femme, qui avait convaincu dans la première saison, est reléguée au second plan dans la deuxième saison mais on sent que ses manigances du côté de Vienne autour de cette histoire de bébé qu’elle attend de Sean Renard, est une manière de la faire mieux revenir. Bon point donc à Adalind.

Enfin, on ne peut pas parler de cette saison sans mentionner le segment le plus alléchant : la passion presque destructrice que se sont voués une Juliette amnésique et le patron de son petit ami. L’histoire entre ces deux-là se tuméfie dès lors que le capitaine appose ses lèvres sur celles de Juliette pour la sauver du coma. Le pauvre prince ne s’attendait surement pas à ce qu’un simple baiser provoque cette réaction en chaîne et encore moins à ce que cela s’ébruite. Car, oui ça va tomber entre les plus mauvaises oreilles qui soit…

 Une série que se repose sur ses lauriers ?

Ainsi, nous en venons à ce qui a gâché cette saison de Grimm. Allons droit au but et reconnaissons que les mêmes scénaristes qui avaient fait ce bon boulot pour la première moitié de saison se retrouvèrent fort dépourvus quand la reprise fut venue. Le 16 novembre, l’épisode 12 se termine sur un cliffhanger sinon extraordinaire plutôt appâtant pour la suite. Malheureusement, le 8 mars, à la fin de l’épisode 13 on a mal à la dignité. Après avoir attendu, donc, près de quatre mois de connaître la réaction de Nick quant à la relation de Juliette et Renard (merdiquement balancée par Monroe), on s’attendait à du sang, des coups de feu, une course poursuite, des larmes, des armes blanches, une kalachnikov et des pieux dans la gueule du capitaine wesen. Oui il y a eu un peu de sang, trois quatre coups de poing mais on vous rassure, ils sont redevenus les meilleurs amis du monde deux épisodes plus tard. A la fin, un oeil attentif jurerait les avoir vu se tenir la main et courir sur la plage sous un soleil couchant. C’est à peu près le gros problème de cette saison : on nous fait miroiter une intrigue de dingue quand elle s’effondre à la manière d’un ballon de baudruche un quart d’heure avant la fin de l’épisode.

Exemple d’un épisode-type de Grimm :

 

[dropshadowbox align= »none » effect= »lifted-both » width= »680px » height= » » background_color= »#ffffff » border_width= »1″ border_color= »#dddddd » ]

Nick Burkhardt mange tranquillement ses céréales.

*Téléphone sonne*
_Nick on a un problème, des méchants ont fait quelque chose de pas très gentil.
_J’arrive (le fameux « I’m on my way »)

Nick roule dans sa voiture pourrie et échange une ou deux blagues avec Hank sur les lieux du crime. Nick plisse les yeux et trouve que quelque chose cloche dans cet acte pas très gentil. *Smells like wesen spirit*. Nick le dit à Hank. Hank propose de se renseigner.

*Interlude – intrigue secondaire (Adalind est toute nue par exemple).*

Nick et Hank s’enferment dans la caravane-Grimm (sur leurs heures de travail) et finissent par tomber sur le bon wesen après quelques pages tournées (sur des centaines de bouquins). Ils enquêtent et tombent sur le wesen qui allaient faire un truc vraiment pas sympa. Nick pince les lèvres avant de rassembler sa meute de Avengers dans la boutique de wesen.

_Tu as trouvé quelque chose Rosalee ?grimm-3a-aetheling
_Oui ça y est (elle cherchait depuis quarante secondes). D’après ce livre, on peut vaincre ce mec pas très sympa c’est super simple il suffit de….oh!
_Que se passe-t-il ?
_Il faut faire un truc désagréable et difficile comme à chaque  épisode.
_Oh non !

Nick concède à faire un truc pas trop agréable pour éviter à une innocente de se faire tuer ou pire être la victime d’un truc pas sympa. Il tue ou enferme le mec très méchant et rentre chez lui où Juliette pleure pleure et pleure.

*Intrigue secondaire (Adalind se rhabille).

.[/dropshadowbox]

 

 

Conclusion :

Ce genre de schémas un épisode / un ennemi ne marche généralement qu’une saison. Même si, en toute sincérité, on ne s’ennuie pas non plus à en mourir pendant un épisode de Grimm, le risque serait de voir ce modèle se répéter en troisième saison et là, qualité ou pas, les téléspectateurs n’auront pas la patience d’attendre. Mais au vu du dernier épisode, il n’y a pas vraiment à s’inquiéter même si on n’est pas à l’abri d’un craquage de slip total scénaristiquement parlant. Parlons-en justement de ce finale zombiesque : Nick a donc été capturé (?) par un cracher-mortel, un wesen qui a le pouvoir de rassembler une armée de zombies autour de lu dont Nick fait maintenant partie apparemment. Tout ceci grâce à la complicité d’Eric Renard qui a un but pour le moment plutôt mystérieux mais qui, selon ses mots, devraient faire rayonner la famille royale. On ne l’attendait plus ! Si l’on y ajoute Adalind et la mère de Nick qui devraient refaire leur apparition à Portland, cette saison 3 promet son lot de moments épiques. Bilan du conseil de classe : des efforts mais attention à ne pas se relâcher dans la dernière ligne droite.

[dropshadowbox align= »center » effect= »lifted-both » width= »250px » height= » » background_color= »#ffffff » border_width= »1″ border_color= »#dddddd » ]Avis très personnel

Meilleur épisode de la saison : Season of the Hexenbiest (2×12)
Moins bon épisode de la saison : Kiss of the Muse (2×20) [/dropshadowbox]

 

934640_596248713718777_1136800700_n

Pour finir quittons-nous avec un gif du très très beau David Giuntoli, histoire de faire saliver les plus réceptives (ou réceptifs #MariagePourTous) au charme du Grimm :

tumblr_inline_ml08667k5f1rnfsac

Graouuu !

 

  • Personnellement j'ai regardé les deux premiers épisodes de cette série tv et je n'ai pas apprécié. Après c'est une question de goût, je ne suis pas trop fan de fantasy. Par contre, je recommande à tout le monde de regarder The Walking Dead, une série vraiment génial qui, je pense, rencontre un très gros succès.

Free WordPress Themes, Free Android Games