Review : Natalia Kills – Trouble

Natalia Kills dégoupille sa deuxième cartouche : Trouble est dans les bacs cette semaine…et ce n’est pas forcément pour nous plaire.

problem-01

Après Perfectionist, l’album qui avait fait découvrir Natalia Kills au monde entier, la chanteuse britannique est bien décidée à réitérer la sentence. La question est a-t-elle réussi à atteindre la seconde marche vers la gloire ? La réponse est (*roulement de tambour*)…non. Malgré tout le respect que l’on peut avoir pour la jeune femme, on ne voit pas comment sa nouvelle galette Trouble pourra surprendre comme l’avait fait la précédente. Peut-être pas au point de passer inaperçu non plus, cet opus est loin d’être à la hauteur des espérances qui pesaient sur Kills.

Imaginez le résultat si on jetait Katy Perry, Lady Gaga et Jessie J dans un mixeur : ça ne donne rien d’autre qu’un melting pot electro/r&b/pop plutôt repoussant entre. Du Problem qui n’est pas sans rappeler un certain Do It Like A Dude, à la gimmick pompé à la Mother Monster jusqu’au délire sucré de l’interprète de California Gurls, il ne manquerait plus qu’elle garnisse le tout d’un twerk bien exécuté pour devenir indigeste. Quelle déception que ce second album ! Alors que Natalia Kills avait tout pour plaire, tout pour imposer sa patte artistique, elle ne fait que singer les copines déjà bien en place.

Malgré quelques lyrics assez sympathiques (« We’re the kids your momma warned you« , « Looking down my shirt like it’s Disneyland like you’re waiting for a fast pass« ), il n’y avait vraiment rien de palpitant ni d’original sous le capot. Comme si elle avait épuisé tout ce qu’elle pouvait proposé dans Perfectionist qui était un album particulièrement sombre. Tout le contraire de Trouble, beaucoup plus coloré mais il va sans dire que Kills porte nettement mieux le manteau ténébreux que la veste bonbon. Ce nouvel univers lui échappe complètement. Paradoxalement, Natalia Kills n’est plus que l’ombre d’elle-même.

Écoutez Saturday Night, un extrait de Trouble :