The Interview : la plupart des cinémas américains retirent le film polémique de l’affiche

« Souvenez-vous du 11 septembre » c’est avec ces cinq mots que les hackeurs qui ont commencé à prendre pour cible le studio Sony il y a maintenant trois semaines, ont remporté la bataille. Ceux qui se surnomment eux-même les Guardians of Peace sont passés du stade de pirates du net à menace terroriste potentielle en l’espace de 24 heures. Dans un communiqué repris par plusieurs médias américains, le groupe menacent directement tous spectateurs souhaitant se rendre au cinéma pour assister à une projection du film L’interview qui tue ! par lequel le scandale est arrivé. Face au risque, la plupart des cinémas américains a décidé de ne pas diffuser ou de repousser la projection dans leurs salles du film censé sortir le 25 décembre prochain. Un peu plus tôt dans la journée, Sony avait donné son aval pour autoriser les exploitants qui ne souhaitaient plus projeter le film à le retirer de l’affiche.

Le hack historique fait vivre un véritable cauchemar aux employés et dirigeants de Sony depuis le 24 novembre dernier. Publication de mails compromettants, mise en ligne des numéros de sécurité sociale ou de pseudos de stars et vol de documents confidentiels : les pirates ne reculent devant rien pour parvenir à leurs fins. Récemment, le groupe a promis un « cadeau de Noël » si leurs revendications n’étaient pas entendues : environ 0,2% des 100To de données volées, soit environ 200GB. Cela constituerait un véritable séisme pour le studio si ses sorties de 2015 se retrouvait sur la Toile comme Chappie ou Pixels. Déjà que les rentrées financières de Sony n’était pas au top, la pilule serait très dure à avaler.

[dropshadowbox align= »center » effect= »lifted-both » width= »500px » height= » » background_color= »#ebe2ff » border_width= »1″ border_color= »#ffffff » ]

Message des Gardiens de la Paix

« Nous allons vous montrer clairement dans tous les lieux où L’interview qui tue ! sera diffusé, notamment lors de l’avant-première, à quel destin tragique sont voués ceux qui cherchent à se moquer de la terreur. Rappelez-vous le 11 septembre 2001. Nous vous recommandons de vous tenir à distance des endroits [où le film sera projeté]. Et si votre maison est à proximité, vous devriez partir. »[/dropshadowbox]

Co-réalisé par Seth Rogen et Evan Goldberg, la comédie est décriée par la Corée du Nord qui n’apprécie que très peu l’histoire de cet animateur de talk-show (James Franco) chargé d’assassiner le leader du pays, Kim Jong-Un. L’interview qui tue ! est-il condamné à retourner dans les cartons ? Pas vraiment puisque Sony envisage désormais une sortie en VoD pour tout de même rentabiliser d’une manière ou d’une autre les 44 millions de budget injecté dans la production. Pas sûr que cela suffise, mais ce sera toujours ça de pris !

Hier, les hackeurs ont mis en ligne la fameuse vidéo dans laquelle le dirigeant est tué :

Crédit photo : Sony Pictures Releasing France