Tidal : Jay-Z et ses potes à la conquête du streaming !

Le nom de Jay-Z est à lui seul une marque, un gage d’une certaine qualité et reconnu de la plupart des amateurs de musique quelle qu’elle soit. Et avec une telle notoriété, autant dire que Mr Carter a des ambitions que certains pourraient considérés comme démesurés mais que l’on sait pertinemment à sa portée. Ce lundi 30 mars 2015, le rappeur s’est imposé un nouveau défi : partir à la conquête de la musique streaming, à l’instar des géants Spotify et Deezer. Oui, rien que ça !

Dr Dre, qui n’est pas le premier venu non plus, est le précurseur des artistes milliardaires qui se fixent l’objectif de renverser l’univers de la technologie. Avec les casques Beats, celui que l’on attend depuis plus de 10 ans faire son retour avec le promis Detox, a pourtant rendu les armes et confié son bébé à Apple contre une somme qui ferait tourner de l’œil un bénévole aux Restos du Cœur. Sa plateforme de streaming n’a elle jamais vu le jour. Alors si Dre n’a pas su relever le défi, comment Jay-Z compte-t-il s’imposer ?

Il y a quelques semaines, le rappeur a racheté le service de streaming norvégien Wimp pour la modique somme de 56,2 millions de dollars avec le but évident de transformer cette acquisition en or. Avec Tidal, le nom de la plateforme streaming qui vient d’ouvrir ses portes, le rappeur en appelle à l’innovation. En effet, à défaut de laisser la musique de milliers d’artistes entre les mains d’inconnus, ‘évidemment’ attiré par l’appât du gain, Tidal appartient aux artistes : Beyoncé, Usher, Nicki Minaj, Rihanna, Madonna ou encore Chris Martin ont tous répondus présents pour leurs potes Jay et sont désormais actionnaires de la plateforme. Le bien triomphe, le mal peut trembler…veut-on nous faire croire.

Oui, sauf que comme chez la concurrence, Tidal n’est pas gratuit. Et c’est sans doute là que le bât blesse : les utilisateurs sont priés de débourser 20 dollars par mois pour avoir accès aux 25 millions de morceaux disponibles sur la plateforme. Wahou ! 20$ ? Oui, vous avez bien lu. Comment Jay-Z et compagnie espèrent-ils faire payer une telle somme à leurs fans sachant qu’ils leur coûtent moitié moins cher de rester chez la concurrence à une époque où plus personne ne veut payer pour écouter de la musique ou regarder une série ? Quel argument précis comptent-ils mettre en avant pour motiver chacune de leur fanbase parce que…il doit bien y avoir une idée derrière toute cette promotion en grande pompe ?

Pour les artistes, l’avantage est certain : signer chez Tidal c’est la possibilité de proposer ses travaux en exclusivité et d’obtenir un intéressement. Soutenu par Madonna, et Alicia Keys qui ne sont pas les dernières pour cracher sur les autres services qui leur ont pourtant rapporté gros et emmené un modèle innovant sur le devant de la scène ces dernières années, ces artistes laissent entendre que chez Tidal tout est plus rose, on ne les traitera pas comme des marchandises. Si ça ne fait pas envie !

En revanche, il est pour le moment impossible de savoir exactement en quoi l’utilisateur est gagnant. Présent dans 31 pays dont la France, Tidal promet pour le moment très peu de choses suffisamment intéressantes pour le considérer comme une révolution. On imagine mal les PDG de Deezer et Spotify se mettre à trembler sur leurs sièges, à moins que Jay-Z ne nous aient pas encore tout dévoilés de son nouveau bébé.

 

Crédit photo : Tidal